Archives mensuelles : octobre 2013

IKEA : L’acharnement contre les représentants du personnel continue

ADEL AMARA, représentant du personnel chez IKEA, fait l’objet d’un acharnement antisyndical sans précédent.
Militant très actif, il fut l’un des acteurs d’un important mouvement de grève et son action aura notamment contribuée à révéler le système de surveillance des salariés mis en place par IKEA, c’est probablement ce qui explique l’obstination d’IKEA à vouloir évincer Adel. Il a déjà subi deux demandes d’autorisation de licenciement, pour l’instant aucune n’a abouti. Il est également accusé de harcèlement moral par quatre de ses supérieurs, il vient d’être condamné, contre toute attente, par la cour d’appel. (…)

Lire la suite

« Il est temps qu’un véritable débat national s’ouvre 
sur l’avenir du secteur automobile »

Par Annick Coupé, Porte-parole nationale de l’Union syndicale Solidaires, et Julien Gonthier, Secrétaire national de Solidaires Industrie

Tout irait mieux pour les salariés du secteur automobile cinq ans après la crise de 2008… Après les déclarations d’autosatisfaction du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, le silence médiatique sur la situation de l’emploi dans le secteur ferait presque croire que ce secteur est de nouveau en bonne santé  ! Pourtant, PSA va fermer le site d’Aulnay, malgré la longue grève menée par la CGT et SUD Solidaires, supprimer 8 000 emplois et mettre en place une mobilité forcée à Poissy. Un accord de compétitivité va être imposé à l’ensemble des salariés de Peugeot-Citroën, rebaptisé « nouveau contrat social », avec une aggravation de la flexibilité, une dégradation de l’organisation du travail et une baisse des droits des travailleurs.

Lire la suite

Lettre n°2 – Invitation au colloque « Droit syndical : quelle effectivité ? »

L’Observatoire de la répression et de la discrimination syndicales organise ses deuxièmes rencontres nationales qui se tiendront le :

Mercredi 27 novembre 2013 de 9h30 à 17h30
Dans les locaux du Conseil régional d’Île-de-France
Salle Paul Delouvrier
35 boulevard des Invalides, 75007 Paris
M° Saint-François-Xavier

Colloque organisé sous l’égide de la Fondation Copernic
Soutenu par : CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires, Syndicat des Avocats de France, Syndicat de la Magistrature

Pour vous inscrire, envoyez un mail à :
contact@observatoire-repression-syndicale.org
en indiquant vos nom, prénom, organisation,
et si vous participez au repas.

La Constitution française garantit à toutes et tous la faculté de s’organiser dans le syndicat de son choix. Ce principe est relayé par de nombreux textes législatifs renforçant ce droit. Pourtant, la réalité quotidienne de l’activité militante est marquée par des discriminations en tout genre et un climat permanent de répression. De nombreux salariés préfèrent dès lors ne pas s’engager par peur de subir cette répression.

L’Observatoire de la répression et de la discrimination syndicales a décidé de consacrer son second colloque à l’interrogation de ce paradoxe. Nous analyserons les outils à la disposition des salariés à différents niveaux (entreprises, inspection du travail, prud’hommes, juges professionnels), leur efficacité ainsi que les obstacles à leur mise en œuvre. Nous nous interrogerons sur les moyens d’une effectivité accrue des droits des salariés en matière de représentation et d’action syndicale.

Programme

9h : Accueil des participants

9h30 : Ouverture de la journée
Jean Paul Huchon, Président du Conseil régional Île-de-France (sous réserve).

9h45 : Introduction du Colloque
Professeur Antoine Lyon-Caen, membre du conseil scientifique de l’Observatoire.

10h – 11h : Première table ronde
État des lieux de la répression et de la discrimination syndicales
Animation
Laurent Garrouste, Inspecteur du travail, syndicaliste, membre de la fondation Copernic.
Participants
– Etienne Penissat, Maître de conférences en Sociologie, Université Lille 2 ;
– Jean Pierre Poli, FO ;
– Manuela Grevy, Maître de conférences en droit, Université Paris 1 ISST.

11h15 – 12h15 : Seconde table ronde
L’inspection du travail : un outil au service des salariés confrontés à la répression et à la discrimination syndicales ?
Animation
Anne-Lise Aucouturier, Économiste, ancienne Inspectrice du travail, IDHE/ ENS Cachan.
Participants
– Jacques Dechoz, Inspecteur du travail, Union Syndicale Solidaires ;
– André Fadda, syndicaliste CGT ;
– Luc Justet, Ancien inspecteur du travail, Chargé de cours à l’Université Aix-Marseille.

12h30 – 14h : Repas sur place (gratuit)

14h – 15h : Troisième table ronde
Les Prud’hommes : un outil efficace de lutte contre la répression et la discrimination syndicales ?
Animation
Catherine Vincent (IRES).
Participants
– Un-e Conseiller-ère prud’homme employeur ;
– Béatrice Gillard, Conseillère prud’homme CGT ;
– Pierre Fosse Conseiller prud’homme CFTC ;
– Hélène Michel, Professeur de sciences politiques, Université de Strasbourg.

15h – 16h : Quatrième table ronde
Le juge professionnel : ultime recours ?
Animation
Michel Miné, Professeur de droit du travail, CNAM.
Participants
– Agnès Zissmann, Magistrat honoraire, ancien juge départiteur, Syndicat de la Magistrature ;
– Savine Bernard, Avocate ;
– Laurent Degousée (Sud Commerce et services).

16h15 – 17h30 : Cinquième table ronde
Répression et discrimination : comment lutter contre ce déni de démocratie ?
Animation
Jean-Marie Pernot, IRES.
Participants
Seront représentées les organisations suivantes : CFTC, CGT, FO, FSU, Union syndicale Solidaires, Syndicat des Avocats de France, Syndicat de la Magistrature.

17h30 : Fin des travaux.

Avec le soutien du Conseil régional :
Conseil régional d'Île-de-France

FO Hebdo, 27 octobre 2013.
« Comment lutter contre la discrimination en entreprise ? »
Lire l’article

Pour les libertés d’actions et d’expressions syndicales, toutes et tous le 5 novembre à Roanne !

Les libertés syndicales, les libertés d’expressions, les libertés d’agir collectivement sont aujourd’hui gravement menacées.
Au prétexte d’une crise financière et économique, les Droits des salariés sont soumis à des pressions considérables avec la mise en œuvre de réformes fondamentales du Droit du Travail qui renforcent les politiques de flexibilité voulues par le MEDEF et qui favorisent la précarité et l’exclusion des salariés.
Pour tenter de dissuader toute opposition à cette cure d’austérité sociale, une politique répressive à l’encontre de l’action syndicale et progressiste est orchestrée par les promoteurs du libéralisme, avec l’aval du Pouvoir en place.
Dans les établissements publics et privés des secteurs de l’Education, la Formation, l’Enseignement Supérieur, la Recherche et la Culture, les patrons et l’administration ne se gênent plus pour harceler et discriminer les représentants syndicaux rendant le climat délétère et nocif pour les salariés.
De nombreux syndicalistes CGT sont victimes de cette criminalisation de l’action syndicale. L’affaire des cinq militants CGT du Roannais est le symbole de cet acharnement contre toutes formes d’actions et d’expression syndicales ! […]

Lire le tract Signer la pétition

L’Humanité, 3 octobre 2013.
« Révélation : le mode d’emploi de Castorama pour briser les syndicats ».
Lire l’article