Archives mensuelles : juin 2014

Appel de la CGT Toyota France pour le respect des libertés ouvrières et syndicales

Pour le respect des libertés ouvrières et syndicales chez Toyota-France
La CGT, avec ses organisations professionnelles et interprofessionnelles, lance un appel à toutes le forces syndicales, à toutes les organisations et personnalités attachées aux libertés ouvrières, syndicales et démocratiques, afin de se mobiliser pour exiger la fin des agressions contre les droits, commises par les dirigeants de Toyota-France dans leur usine d’Onnaing-Nord.

Lire l’appel et signer la pétition

Licencié pour avoir revendiqué !

Communiqué de la Fédération SUD PTT, Paris, le 18 juin
« La direction de la Poste vient d’envoyer une lettre de licenciement à un militant SUD des Hauts-de-Seine.L’entreprise lui reproche des faits s’étant déroulés pendant le conflit des Hauts-de-Seine : envahissement de locaux, occupation.
Alors que le déclenchement de la grève était motivé par la réintégration de collègues sous contrats aidés, congédiés sans réels motifs, la direction a purement laissé pourrir le conflit, n’entamant les négociations qu’après deux mois de grève. Les moyens d’actions utilisés par notre militant étaient la seule alternative face à l’attitude d’une direction revancharde, refusant le dialogue avec le personnel.
La direction de l’entreprise va encore plus loin, bafouant les règles de droit. En effet, elle prononce ce licenciement sans avoir consulté l’Inspection du travail, alors que notre militant est considéré comme un salarié protégé.
Non seulement elle licencie pour faits de grève, mais en plus, foule aux pieds la protection des militant-e-s syndicaux par le code du travail.
La Fédération SUD condamne avec la plus grande vigueur le licenciement d’un de ses militants. Elle demande à la direction de la Poste la réintégration de ce camarade. »

Voir le communiqué

Bastamag, 2 juin 2014.
« Répression syndicale : comment les directions d’entreprises entravent l’action collective des salariés », entretien avec Etienne Penissat, membre de l’equipe de chercheurs qui participent à l’observatoire.
Lire l’article