Vos facteurs en danger ! Appel du syndicat CGT des postiers de Pertuis

Le 21 décembre 2013, les facteurs du centre de tri de Pertuis, se sont rendus compte en voyant leur salaire (sans qu’aucune communication n’aie été faite par leur Direction), que les heures supplémentaires effectuées aux mois de novembre et décembre (période de Noël donc de très fort trafic colis) ne seraient pas payées.
Une quinzaine d’entre eux décident alors de « dé…brayer », réclamant le paiement de leurs heures dues. La Direction restant sourde à leurs revendications, les menaçant même par le biais de leur encadrant, de leur retirer leur journée de salaire et de les noter en absence irrégulière. Toujours sans réponse de leur Directrice qui ne daigne alors pas se déplacer, les facteurs quittent leur lieu de travail.
Le 23 décembre, la Directrice était présente sur le lieu de travail et n’a aucunement cherché à établir un dialogue avec ses employés concernant les faits qui s’étaient déroulés 2 jours avant.
Toujours aucune communication de ce fait, aucune explication sur le non paiement des heures supplémentaires effectuées.
Le 26 décembre une demande d’explication est adressée aux facteurs concernés, à laquelle ils répondent le jour même, justifiant leur mobilisation. Parallèlement, chacun envoie à la directrice une lettre recommandée, réclamant le paiement de leurs heures. Toujours aucune réponse de sa part. Un mois après, pour seule réponse, les sanctions tombent, de façon inégale pour chacun : avertissements, blâme et conseils disciplinaires pour 3 syndiqués CGT, dont la représentante syndicale.
Malgré les pressions managériales et discriminatoires, qui continuent, les facteurs ont décidé de réagir et en appellent au soutien des usagers. Une pétition papier et internet circule. Nous vous invitons à la signer massivement afin que ces pressions cessent et que nous puissions à nouveau travailler dans de bonnes conditions et mieux vous servir.

Le combat des Postiers de Pertuis est difficile, on craint de lourdes sanctions financières pour ceux qui osent crier leur colère et leur détresse.
Comme en toute chose “l’argent sera le nerf de la guerre”, si nous sommes bien conscients que légalement il est interdit et punissable d’apporter une aide financière aux Citoyens légalement sanctionnés, il n’est pas interdit d’aider financièrement la CGT à sortir des tracts, des affiches et même à aider matériellement les membres des familles (enfants) des facteurs “sanctionnés”.

Faites vos dons en envoyant vos chèques ici :

UL-CGT
Bourse du Travail
Bat. B
Setti de Barba
84120 PERTUIS

ulcgtpertuis@gmail.com