Une entreprise attaque des journalistes pour avoir enquêté sur des cas de discrimination syndicale

Suite au dépôt d’une plainte de l’entreprise Paprec, deux journalistes de l’Humanité, Cyprien Boganda et Kareen Janselme, se retrouvent mis en examen pour « diffamation ». Qu’on fait ces journalistes ? Tout simplement leur métier d’investigation et de production d’information sociale, en enquêtant sur les pratiques de Paprec en matière de respect des droits syndicaux. Ils ont notamment révélé, témoignages à l’appui, un cas de discrimination syndicale dans cette entreprise spécialisée dans le recyclage des déchets, puis couvert la mobilisation autour du syndicaliste victime de ces pratiques. En attaquant ainsi ces journalistes, Paprec cherche à censurer le travail journalistique de mise en lumière de pratiques anti-syndicales. Cette stratégie est d’autant plus inquiétante que l’entreprise en profite pour exiger des informations sur les sources des journalistes ce qui pourrait évidemment nuire aux salariés ayant témoigné. L’Observatoire de la discrimination et de la répression syndicales exprime son soutien aux deux journalistes injustement attaqués et s’inquiète de la multiplication des dépôts de plainte pour diffamation contre des journalistes qui enquêtent sur les faits de répression et de discrimination syndicales. Au-delà du cas de ces deux journalistes, c’est toute démarche d’enquête visant à documenter le côté obscur des relations professionnelles qui est menacée par de telles pratiques. Les entreprises n’étant pas un lieu où s’arrêtent le droit d’information et la démocratie, nous dénonçons cette tentative d’instrumentalisation de la justice.